Médecine Ayurvédique

 

L’essentiel sur la médecine ayurvédique

La médecine ayurvédique s’intéresse à la santé au sens large, incluant ainsi l’hygiène de vie, le corps mais aussi l’esprit.
Peu accessible en France, on connaît surtout ses déclinaisons : massages, yoga, cure, diététique…

Découvrez  les principes de cette pratique en plein renouveau.

 

 

 

Parmi les médecines dites "traditionnelles", la médecine ayurvédique  est l’une des plus anciennes et des plus connues.   
Originaire d’Inde, elle s’attache depuis environ 5 000 ans à définir  le Prakruti de chaque individu, c’est à dire sa constitution  individuelle et le principe dominant qui régit son métabolisme. Le terme  Ayurveda vient de deux mots du sanscrit : ayur qui veut dire longévité et  veda, la connaissance.

La science des humeurs

La médecine ayurvédique permettrait de reconnaître les particularités physiques, les maladies et les dysfonctionnements les plus courants susceptibles d’affecter les patients. Selon cette science des humeurs, chaque individu est caractérisé par le mélange de trois humeurs.

Les trois humeurs principales fondent les Doshas, les énergies vitales qui régulent l’organisme.
On les appelle Vata (le vent), Pitta (la bile) et Kapha (la phlegme).

VATA

Pour schématiser, ceux qui sont dominés par l’élément Vata ont une silhouette élancée,             
un caractère imaginatif et impulsif et peuvent être sujets aux insomnies  et à l’inquiétude ;

PITTA

Les   personnes de type Pitta jouissent d’une certaine résistance mais peuvent être la proie de colères et de réactions passionnelles ;

KAPHA
seraient de constitution solide avec des tendances à l’embonpoint  et à la lenteur, voire même des problèmes d’obésité et de cholestérol.

Bien entendu, ces types dominants se retrouvent en proportions variables selon chacun et les types "purs" sont    pratiquement inexistants.
Il ne s’agit là que d’une vague esquisse car cette médecine raffinée s’attache à définir de nombreux critères en examinant différentes parties du corps :
la langue, les yeux, et surtout le poignet dont les pulsations pourront renseigner sur la vitalité du patient et ses possibles pathologies.
Les urines sont également au coeur du diagnostique. Il s’agit d’appréhender l’homme dans sa globalité

 

Des régimes en quatre étapes

 

En dehors d’un diagnostique précis, la médecine ayurvédique prône des régimes diététiques adaptés au fonctionnement des organes   
les plus faibles de chaque type. Le traitement concernant les maladies, à proprement parler, consiste en quatre étapes principales :

 

1- On  commence par le Shodan, un nettoyage de l’organisme qui permet de le libérer de ses toxines.
En premier lieu, on procède à un massage à base d’huile et d’herbes. Ensuite c’est le Pancha Karma où l’on peut procéder à des  lavements, des douches nasales ou à des vomissements considérés comme libérateurs.  Des aliments comme le beurre clarifié ou une forme de yogourt, très prisés    dans la cuisine indienne, sont ensuite préconisés pour restaurer la flore   intestinale ;

2- La deuxième étape du traitement est le Shaman, l’étape qui réconcilie les doshas en intégrant une dimension spirituelle au traitement. La pratique du jeûne, du chant, du yoga et d’exercices de méditation et de respiration  constitue cette méthode "d’illumination". L’ingestion d’herbes ou d’épices fait également partie de cette étape du traitement. Par conséquent,  le Shaman peut être à la fois préconisé pour des personnes malades au niveau émotionnel, faibles d’un point de vue immunitaire ou pour des personnes saines qui désireraient  améliorer leur condition physique générale

3- La troisième étape s’appelle le Rasayana et consiste en un processus de tonification capable d’augmenter les capacités et les performances du corps. Cette étape est surtout recommandée pour stimuler la fertilité et  les performances sexuelles. On accorde également au Rasayana des vertus anti-oxydantes qui permettent d’améliorer la longévité. Exercices physiques et respiratoires et préparations à base d’herbes sont couplés avec des traitements à base de minéraux composés selon le type dosha du patient

4- La dernière étape, le Satvajaya permet de diminuer le stress et d’augmenter  l’équilibre psychologique afin d’atteindre une plus grande élévation spirituelle et de meilleures performances mentales. On s’initie pour cela  aux mantras,  ou thérapie par le son, aux yantras, qui permet une plus grande concentration et aux tantras qui permettent de diriger l’énergie au travers du corps  et de libérer la conscience.

 

Encore très pratiquée aujourd’hui en Inde, elle    reste difficile d’accès pour les occidentaux. Néanmoins, certaines techniques    thérapeutiques comme les massages, les régimes diététiques, le yoga et certaines    cures de purification sont de plus en plus proposés.

Source :Doctissimo

Caroline Bodin